5 choses à ne pas négliger lorsqu’on achète un logement

achète un logement

Publié le : 08 mai 20235 mins de lecture

Vous projetez d’acquérir un logement. Vous avez fait le point avec votre banquier, rencontré un agent immobilier et enchaîné les visites. L’une entre d’elle (ou plusieurs !) vous donne peut-être envie d’aller plus loin. Avant de formuler une offre, prenez le temps de lire le texte ci-dessous. Vous y trouverez les derniers points à vérifier avant de franchir cette étape décisive !

Le prix d’achat

La valeur du bien qui vous intéresse doit correspondre aux spécificités du marché local. Pour vous en assurer, consultez un maximum d’annonces semblables à la vôtre. Dans une grande ville, ne sortez pas du quartier afin d’affiner votre estimation. Veillez également à vérifier toutes les caractéristiques. Par exemple, la présence d’un balcon ou d’un vaste jardin pourra fortement faire varier les prix. Gardez également bien à l’esprit que les tarifs indiqués sur les annonces correspondent à une demande du vendeur. Rien ne vous garantit que la transaction se soit réellement conclue à un tel niveau.

Vous vous interrogez à propos de l’assurance de votre futur logement ? Cliquez sur ce lien pour trouver les réponses à toutes vos questions. En plus d’excellents conseils, vous pourrez même obtenir des devis en ligne !

Nous vous recommandons : Budget logement : comment éviter les mauvaises surprises ?

Les différents diagnostics

Lorsqu’il met en vente un logement, le propriétaire à l’obligation légale d’effectuer différents diagnostics. Ces derniers doivent mettre en évidence l’absence de problèmes ou de potentiels dangers. Positifs, ils conforteront les acheteurs et accéléreront les ventes.

Régulièrement, le législateur ajoute des types de contrôle à réaliser. Il existe également des spécificités locales dues, par exemple, à la présence de thermites ou autres insectes pouvant détruire une charpente. Imaginez le désarroi d’un acheteur se trouvant dans une telle situation, quelques années seulement après son acquisition ! Le plus connu des diagnostics demeure toutefois celui portant sur la consommation énergétique du bâtiment. Celui-ci sera classé « A » s’il consomme peu d’énergie ou s’il en produit, et « G » dans le cas radicalement contraire. Il va sans dire qu’un logement classé « A » attirera fortement l’œil des intéressés…

L’environnement immédiat

Vous auriez tort de vous concentrer uniquement sur le bien. Vous devez en effet prendre le temps de vous intéresser aussi à son environnement. Celui-ci doit correspondre à vos attentes pour que vous profitiez durablement de votre achat. N’hésitez pas à alors à visiter les rues alentours, à regarder les commerces proches ou les options de transport. Si vous en avez la possibilité, n’ayez pas peur d’engager la conversation avec ceux qui seront, peut-être, vos prochains voisins. Ces derniers ont bien souvent des conseils et des anecdotes qui pourraient bien vous intéresser ! Enfin, n’oubliez pas de contacter la mairie afin d’évoquer les futurs projets de construction dans votre future zone d’habitation.

Visiter le bien avec des professionnels

Comme vous le rappelle un spécialiste de l’assurance habitation (et de bien d’autres sinistres encore !) bien connu sur son site https://www.lolivier.fr/, il est primordial de visiter à plusieurs reprises un bien avant de faire une proposition d’achat. Si vous avez l’intention de faire des travaux ou si vous avez le moindre doute, votre assureur vous recommandera chaudement de demander l’avis d’un professionnel.

En effet, il serait fâcheux de mal évaluer le coût des différents travaux à entreprendre. Dans l’idéal, efforcez-vous de trouver des compétences en plomberie, électricité et toiture. N’oubliez pas non plus des aspects indispensables comme l’isolation et le chauffage. En réfléchissant bien votre projet, vous pourriez faire de belles économies sur les travaux, mais aussi sur les hivers à venir ! Vous aurez également moins de difficultés à convaincre votre banquier de vous suivre et de vous accorder un crédit.

Conservez bien les numéros de téléphone des professionnels contactés durant vos démarches d’achat. Ils vous seront précieux pour concevoir ou réaliser vos futurs projets et se déplaceront rapidement afin de résoudre les petits problèmes du quotidien, une fois que vous aurez réellement pris possession des lieux !

Les frais annexes

On ne parle pas ici des coûts supplémentaires, comme les frais de notaire (qui peuvent tout de même représenter entre 2 et 8 % du prix de vente), mais bien de ceux à venir une fois installé. Dans cette catégorie figurent notamment l’achat de nouveaux meubles, la facture du déménagement ou encore le paiement de la taxe foncière. Si vous achetez un appartement dans une copropriété, donnez-vous la peine d’en vérifier les comptes. Demandez également à avoir accès aux derniers comptes-rendus de l’assemblée générale afin de ne rater aucune information importante. Vous aurez ainsi connaissance des futurs travaux prévus dont les frais seront, par principe, partagés entre les différents copropriétaires !

Plan du site