Pour vous aider à couvrir vos sinistres, les compagnies d’assurance proposent plusieurs garanties. Néanmoins, pour prétendre à être indemnisé de manière partielle ou complète, il faut choisir la bonne couverture dans votre contrat d’assurance. En cas de catastrophes naturelles, il y a quelques informations à savoir que nous vous proposons de découvrir dans cet article.

L’assurance habitation en cas de catastrophes naturelles

La garantie catastrophe naturelle est aujourd’hui incontournable pour la protection de votre maison. Lors du choix de votre assurance habitation, pensez à prévoir la garantie catastrophe naturelle dans votre contrat. C’est une couverture spécifique qui est aujourd’hui obligatoire en raison de la multiplication des catastrophes naturelles. Depuis 2006, sachez que l’assurance incendie couvre également les catastrophes naturelles. Toutefois, la loi autorise les assureurs à choisir les garanties de couverture, par exemple l’exclusion des objets à l’extérieur de la maison, ou des bâtiments en cours de construction. Il y a néanmoins des compagnies qui proposent une couverture totale de tout ou une partie de vos biens. Pensez toujours à bien lire votre contrat afin de mieux choisir une assurance de catastrophe naturelle. L’assurance habitation, avec garantie catastrophe naturelle, et l’assurance incendie permettent donc de prétendre à être indemnisé en cas de catastrophe naturelle. À noter toutefois que la garantie catastrophes naturelles est obligatoire dans les contrats d’assurance dommage d’habitation. Ainsi, si vous avez souscrit à une assurance habitation, vous êtes couvert contre les catastrophes naturelles, en tout cas pour les garanties de base. Pour de meilleures prestations, il faut voir avec votre compagnie d’assurance.

Les conditions d’indemnisation en cas de catastrophes naturelles

La loi détermine précisément l’état de catastrophe naturelle.Les effets de cet état sont définis comme étant les dommages matériels directs causés par un agent naturel qui n’ont pas pu être évité malgré des mesures de prévention. Les catastrophes naturelles peuvent être diverses (sécheresses, raz-de-marée, inondations, glissements de terrain, …), mais le point qu’il faut souligner est qu’il faut que l’assuré ait pris toutes les mesures de prévention et de protection recommandées avant la réalisation du sinistre. Il s’agit notamment d’isolation ou de bâchage, ce qui va permettre de ne pas aggraver les dégâts en cas de catastrophes naturelles. Dans le cas contraire, l’indemnité à percevoir peut être réduite. Et si vous avez dû intervenir durant la catastrophe, pensez à garder tous les justificatifs. Cela peut être des photos ou encore des factures pour la pose d’un renforcement de toiture par exemple. Il est cependant à noter que les frais de relogement ne sont pas inclus dans les garanties de l’assurance de catastrophe naturelle. Dans certains contrats cependant, vous pouvez y avoir droit sous quelques conditions. N’hésitez pas à en parler avec votre compagnie d’assurance au moment de la signature de contrat.

La déclaration de sinistre et l’indemnisation

La déclaration de sinistre doit être remplie et envoyée dans les 10 jours suivant sa survenance pour être indemnisés en cas de catastrophe naturelle. Cette déclaration peut se faire par lettre recommandée avec accusé de réception, par téléphone ou encore physiquement en vous présentant dans une des agences de votre compagnie. Dans cette déclaration, vous devez indiquer le préjudice qui vous a touché. Pour prétendre à une assurance risque de catastrophe naturelle, cette déclaration doit être accompagnée de tous les documents justificatifs en votre possession pour faciliter l’indemnisation. Vous pouvez utiliser des photos ou des factures d’achats. Vous pouvez également faire appel à une expertise technique pour évaluer correctement l’état des dégâts pour mieux évaluer les indemnités auxquels vous pouvez avoir droit. Si vous avez constaté des dommages qui ne sont pas pris en compte dans la garantie catastrophe naturelle, la déclaration de sinistre doit être faite sous 5 jours. Votre compagnie d’assurance peut également nommer un expert, autre que le vôtre, pour évaluer les dommages et fixer le montant de votre indemnisation. Concernant le délai d’indemnisation, vous devez attendre au moins 3 mois à partir de la date d’émission de l’état estimatif des pertes.